Analyse prospective

Économie, emploi - Société, modes de vie

Les classes moyennes en Afrique de l'Ouest à l'horizon 2030

Par

Depuis le début des années 2010, de nombreux médias, rapports de grandes institutions financières de développement ou de cabinets internationaux de conseil titrent sur l’émergence des classes moyennes africaines. Ce nouveau discours, qui contraste avec le langage généralement misérabiliste à propos d’une Afrique condamnée à la pauvreté, aux inégalités sociales et aux conflits, a suscité un optimisme inédit sur l’avenir de ce continent, notamment en termes de nouveaux marchés et d’opportunités d’affaires.
Pour certains (généralement issus du monde des affaires et des institutions internationales), l’émergence d’une classe moyenne africaine relève de l’évidence. Elle serait la conséquence directe de la forte croissance économique qui a caractérisé le continent africain ces dernières décennies (croissance annuelle moyenne de 5,5 % entre 2001 et 2015) et à l’origine de l’expansion de nombreux secteurs d’activité (télécommunications, bancaire, distribution et biens de consommation, restauration, automobile, etc.).
Pour d’autres (généralement issus du monde académique et particulièrement des sciences sociales), il s’agit d’une simple illusion statistique, cette appellation n’ayant pas de réalité sociale. L’utilisation de cette appellation servirait avant tout à masquer la pauvreté et les inégalités en Afrique, tout en permettant de transformer la perception généralement afropessimiste du continent en vision afro-optimiste et d’attirer des investisseurs.
Cette analyse prospective se propose de mettre en perspective discours et réalités de l’émergence des classes moyennes en Afrique de l’Ouest. Elle analyse les enjeux autour des méthodologies et des définitions employées afin de comprendre dans quelle mesure un tel phénomène existe aujourd’hui. Elle s’interroge également sur le devenir des personnes que cette catégorie recoupe à l’horizon 2030. Seront-elles plus nombreuses ? Peut-on attendre des évolutions identiques pour l’ensemble des États de la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) ? Doit-on parler plutôt de l’émergence d’une strate ou de
réelle classe moyenne ? Le cas de la Côte-d’Ivoire servira d’illustration au propos, qui s’appliquera à l’Afrique de l’Ouest dans la partie prospective.

Ce texte est issu du Forum prospectif de l'Afrique de l'Ouest. Ce forum agit comme catalyseur des réflexions existantes sur le futur. Associant recherche, publications et débats, il a vocation à devenir un lieu de construction d’une réflexion sur les futurs possibles de l’Afrique occidentale et sahélienne qui conduise à l’action.