CR colloque

Ressources naturelles, énergie, environnement - Société, modes de vie

Food for All. Investing in Food Security in Asia and the Pacific-Issues, Innovations and Practices

Par

Ce rapport fait suite à un colloque qui s’est tenu à Manille sous les auspices de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), du Fonds international de développement agricole (IFAD) et de la BAD. Du 7 au 9 juillet 2010, le colloque a rassemblé plus de 400 participants originaires de 30 pays dans un contexte encore marqué par la crise alimentaire de 2007-2008 suscitée par la forte hausse des prix. Cette volatilité des prix représente un risque considérable pour les pays de la région Asie-Pacifique où vit la majorité des pauvres de la planète, très vulnérables au choc d’une augmentation.

Le colloque visait l’instauration d’un dialogue régional sur la question de la sécurité alimentaire, concentré sur plusieurs objectifs : l’accroissement des investissements ; la promotion et le soutien des stratégies propres à chaque pays ; une collaboration et un partenariat accrus entre les gouvernements, le secteur privé, les agences de développement internationales, la société civile ; le partage des innovations et des bonnes pratiques. La publication de ce rapport est donc conforme à cette dernière orientation.

Le rapport fait apparaître que la question de la sécurité alimentaire ne peut être cantonnée à une crise conjoncturelle et reste un défi de long terme. De même, la question de la sécurité alimentaire ne se réduit pas à celle de la production agricole. Elle engage des efforts concertés (les partenariats entre secteur public et secteur privé sont essentiels, ainsi qu’une approche multisectorielle et multidisciplinaire) afin d’assumer une tâche qui concerne évidemment la production mais aussi l’approvisionnement, l’accès et l’utilisation. Assurer la sécurité alimentaire nécessite de prendre en compte la diversité des contextes nationaux, et l’un des intérêts du rapport est le partage d’expérience à travers la présentation de plusieurs stratégies-pays : Bangladesh, Chine, Inde, Laos et îles du Pacifique.

Au niveau régional, certaines thématiques communes se dessinent. La petite taille des exploitations (moyenne régionale de 0,3 hectare, contre 1,4 hectare au niveau mondial) est le premier facteur important à prendre en compte. La productivité ne doit pas focaliser toutes les préoccupations, qui doivent également porter sur la diversification agricole et la diversification des cultures dans un souci d’équilibre nutritionnel. L’élevage et la production de fruits et légumes contribuent en outre à l’amélioration du revenu des agriculteurs, et à la création d’emplois. La sécurité alimentaire nécessite une politique globale qui déborde la politique agricole et intègre de nombreux aspects : accès aux marchés, disponibilité et capacités de stockage, équilibre nutritionnel…

Cette politique globale permet la formulation de plans d’investissements qui doivent garantir des bénéfices équitables pour les pays en développement, notamment lorsqu’il s’agit d’acquisitions étrangères de terres arables. Des règles pour des investissements agricoles responsables devront être édictées par la communauté internationale. La volonté politique, enfin, joue un rôle essentiel et la sécurité alimentaire est étroitement liée aux orientations politiques et budgétaires des gouvernements.

Yann Vinh