Livre

Économie, emploi - Société, modes de vie

Faire réussir la France. 30 réformes majeures et 250 actions urgentes

Par

Faire réussir la France. 30 réformes majeures et 250 actions urgentes
ATTALI Jaques et MARTINEZ Julie , « Faire réussir la France. 30 réformes majeures et 250 actions urgentes », Fayard, 2021.

Que retenir des propositions de réformes majeures (30) et des actions urgentes (250) proposées par Julie Martinez et Jacques Attali pour « éviter le déclin, la guerre civile, la plongée dans une période sombre, dont la pandémie actuelle n’est qu’une des dimensions » ? 

Plus de 10 ans après ses 20 propositions « chocs » pour « libérer la croissance [1] », le président de la fondation Positive Planet, assisté d’une jeune et prometteuse avocate, nous livre un abondant et quasi exhaustif inventaire des mesures à prendre, de toute urgence, pour permettre à la France de renouer avec la réussite. Véritable programme, aussi étonnant que cela puisse paraître, ce recueil n’est pas sans nous rappeler les propositions rassemblées naguère par Roland Castro lorsqu’en 2003, il créait le mouvement pour l’utopie concrète (le MUC) rassemblant 89 propositions pour restaurer le lien social, transformer sans révolution la société française vers plus d’égalité républicaine et de justice.

Étonnamment, les auteurs de Faire réussir la France, en auditionnant plusieurs centaines de personnalités — sauf Roland Castro — se sont rapprochés de questions tout aussi brûlantes si ce n’est révolutionnaires : protéger les plus fragiles, créer un service public de la petite enfance, réformer (une nouvelle fois) un système éducatif en déshérence, créer un revenu unique d’insertion, etc., mais aussi recréer une ambition collective autour de l’environnement et de la biodiversité, élargir le référendum, accorder à tous les migrants non encore régularisés un droit provisoire de travailler, renforcer les moyens humains de la justice, etc. Bref, repenser « l’économie de la vie » dans une perspective où société équitable rimerait avec développement durable. De belles et nobles intentions qu’aucun d’entre nous n’oserait renier !

Analysant les conséquences de la crise sanitaire de ces deux dernières années, les auteurs s’emploient à nous sensibiliser, si ce n’est à nous convaincre, de la totale inadéquation entre l’appareil français de production, les administrations en tuyaux d’orgue, et les exigences de transformations et de rattrapage de compétitivité dont l’économie française aurait besoin. Ce n’est certainement pas la partie le plus audacieuse de leur propos : on y retrouve tous les sujets, toutes les modes voire tous les poncifs dont se sont emparés les candidats de droite comme de gauche à l’aube de la prochaine échéance électorale, dans les domaines tant de l’énergie, de la santé, de l’alimentation, etc. La partie consacrée au travail, sujet également d’actualité, développe — comme d’autres le préconisent — la fin d’une société du statut, tout en incitant à accorder aux actifs de nouveaux droits sur la gestion de leurs temps sociaux. De même, celle dédiée au système fiscal laisse entendre avoir découvert le levier permettant de « redonner du sens à l’impôt » en simplifiant et réduisant l’impôt sur les entreprises, en luttant contre l’optimisation et l’évasion fiscales, en s’assurant de l’efficacité des politiques publiques…, et pourquoi pas en supprimant notamment le cash ; les experts apprécieront.

Mais rendons grâce aux auteurs de ne pas lésiner sur le « en même temps ». Une série de conseils ne peut que nous encourager à aller plus loin dans notre lecture : un plaidoyer pour la valorisation de toutes les formes d’intelligence, pour une école plus inclusive, pour la suppression des barrières mentales dans l’orientation scolaire, pour le numérique…, tient le lecteur en haleine. De même, outre le constat d’un engagement sans merci contre la pauvreté, celui-ci ne peut que se réjouir de la façon dont sont abordés les sujets de la culture, de l’École et de l’enseignement supérieur : accès aux savoirs scientifiques, orientation, alternance, numérique, éducation physique et sportive, politique inclusive, toutes ces questions semblent occuper dans leur esprit une place prépondérante, comme si on leur découvrait — enfin ? — des qualités qui en font la pierre angulaire d’une société où règneraient de concert bien-être, confiance et excellence.

Confiance car derrière toutes ces recommandations, un vrai projet institutionnel s’inscrit progressivement dans le cheminement de ce catalogue de propositions : celui du sens et des valeurs — sens des institutions, sens du service public, sens de la politique, valeurs du vote, valeurs de la laïcité à la française, sens de la démocratie, etc. Ainsi, au détour de constats d’échec concernant la politique de la ville, par exemple, se dessine une certaine ambition pour une République donnant à sa justice toute la place qu’en attendent les citoyens français, que ce soit dans la lutte contre les discriminations, l’application rigoureuse des principes de laïcité, la lutte contre la délinquance du quotidien, la mise en œuvre de la sanction…

Fidèle à une vision ambitieuse de l’importance que pourrait retrouver la France dans le monde, le propos se poursuit par une déclaration contrastée sur la place et le rôle du pays, « puissance moyenne », dans le concert des nations. Renforcer la défense nationale, projeter la France dans le monde jusqu’à projeter son modèle républicain partout où cela serait possible, tels sont les leviers que nous proposent, pour conclure, les auteurs de cet inventaire qui, malheureusement, semble à la relecture constituer un inventaire « à la Prévert »… Ne manque que le raton-laveur ! Reconnaissons que l’exercice est difficile, auteurs, rapporteurs et contributeurs appartenant à des écoles si ce ne sont des mondes parallèles ; et chacun sait, axiome bien connu oblige, que les parallèles ne se rencontrent jamais, sauf à l’infini ! Reste que ce foisonnement d’idées est excellent pour nos neurones engourdis par la vague épidémique !



[1]Commission pour la libération de la croissance française (présidée par Jacques Attali), 300 décisions pour changer la France, Paris : La documentation Française / XO éditions, 2008 (analysé in Futuribles, n° 341, mai 2008, p. 45-59 [NDLR]).

À lire également

Recherche

Faire une recherche thématique dans la base bibliographique