Livre

Ressources naturelles, énergie, environnement

Déméter 2013. Économie et stratégies agricoles

Par

COLLECTIF , « Déméter 2013. Économie et stratégies agricoles », Club Déméter, 2012.

Association de chefs d’entreprise du monde agricole créée en 1987, le club Déméter est un lieu de réflexions internes, d’échanges et débats relatifs à l’agriculture et à l’agroalimentaire français, européen et mondial. Il publie chaque année un rapport sur les perspectives et prospectives agricoles avec un thème majeur. Ainsi en 2000, il s’agissait des filières agroalimentaires ; cette année, un dossier est consacré à l’eau et la sécurité alimentaire. En 2013, le rapport s’intéresse aussi à la « nature et l’agriculture pour la ville », un thème original traité de manière statique, factuelle mais aussi inattendue : la relation ville-campagne, c’est de l’Alphonse Allais inversé. Non pas la ville à la campagne mais la campagne à la ville.

Voici quelques faits et données relatifs à l’agriculture dans les villes. Trois inquiétudes pèsent aujourd’hui sur la planète : le changement climatique, les enjeux énergétiques et l’alimentation des hommes. Elles intéressent toutes les activités. Mais dans un pays comme la France, plus de la moitié des habitants, et bientôt les trois quarts, sont urbains. Au plan mondial, cet espace couvre moins de 2 % de la surface de la planète. Mais en France, les responsables agricoles et alimentaires craignent que l’urbanisation ne réduise les surfaces nécessaires à l’alimentation.

Ce problème de l’urbanisation se pose aussi dans le reste du monde. C’est une des caractéristiques des tensions entre l’univers agricole et l’univers urbain. Les deux sont complémentaires. Les villes se sont développées au fur et à mesure que la production alimentaire, grâce à des progrès de productivité, a été suffisante pour être nourrie par une population active de plus en plus restreinte. À l’inverse, le développement des villes « où l’air rend plus libre » a contribué à l’amélioration de l’hygiène et à la diversité des activités.

Vivant dans des cités, les urbains ont soit la nostalgie de la « verdure », soit une méconnaissance profonde de la nature, surtout parmi les plus jeunes. D’où vient le lait ? Certains ne savent pas, car ils n’ont jamais vu de vaches. D’où la volonté de responsables  politiques et d’urbanisme de favoriser la présence de la nature dans les villes. Déjà le baron Haussmann avait prévu de faire border d’arbres les avenues tracées à Paris. Aujourd’hui, on constate un développement agricole sur des espaces périurbains (voire en pleine ville), ne serait-ce que pour favoriser les circuits commerciaux courts. On observe aussi un intérêt réel pour les jardins en ville. Les consommateurs sont curieux de connaître la source des produits qu’ils consomment. Des architectes imaginent de transformer les immeubles en surfaces couvertes de légumes.

A contrario, le seul moyen de survie d’un grand nombre de villages est d’une part le retour des gens du pays au moment de la retraite, d’autre part la transformation de maisons rurales en résidences secondaires. L’habitat pavillonnaire permet également aux urbains de vivre proches de la nature, mais les urbanistes sont inquiets — on l’a noté — de constater que « l’artificialisation » de terres agricoles représente, en France, l’équivalent d’un département (moyen) tous les sept ans. D’où l’idée des « fermes verticales ».

Si l’aspect alimentaire n’est pas absent du souci de « verdir » les villes, les aspects écologiques ou esthétiques sont plus importants. Les expériences varient il est vrai selon les pays. Les Français sont pour beaucoup attachés à leur région campagnarde mais, aux États-Unis, des terrains abandonnés par leurs habitants — comme à Detroit en raison de l’évolution du marché automobile — sont rendus à l’agriculture.

Plus l’urbanisme gagnera en raison du développement industriel et surtout tertiaire, plus les populations seront urbanisées, plus le besoin de nature se fera sentir et entraînera, comme on l’entrevoit déjà, de nouvelles formes d’agriculture et de culture adaptées à la ville. Nul doute que des entreprises proposant des outils de jardinage ou des locations de jardins sauront en profiter. Nul doute aussi que l’avenir de nombreux villages sera d’accueillir des citadins en mal de verdure.

Site web
http://www.clubdemeter.com/

À lire également

Recherche

Faire une recherche thématique dans la base bibliographique