Rapport

Population - Ressources naturelles, énergie, environnement

A Region at Risk: The Human Dimensions of Climate Change in Asia and the Pacific

Par

A Region at Risk: The Human Dimensions of Climate Change in Asia and the Pacific
BAD (Banque asiatique de développement) , « A Region at Risk: The Human Dimensions of Climate Change in Asia and the Pacific », BAD, 2017.

Cette étude est le fruit d’une collaboration entre la Banque asiatique de développement (BAD) et l’institut de Potsdam sur les effets du changement climatique (PIK). Elle alerte sur la gravité et la dimension humaine des périls qui menacent les pays de la région Asie-Pacifique en l’absence de politiques volontaristes destinées à limiter les émissions de gaz à effet de serre et à contenir la hausse des températures. Ce scénario attentiste (dit « business as usual ») conduirait d’ici la fin du siècle à une hausse des températures de 6 °C par rapport aux niveaux de l’ère préindustrielle sur l’ensemble du continent asiatique. L’augmentation pourrait même atteindre 8 °C dans certaines zones montagneuses du Tadjikistan, de l’Afghanistan, du Pakistan et du nord-ouest de la Chine. La première partie de l’étude est consacrée à un bref rappel des caractéristiques géographiques, démographiques et économiques de la région Asie-Pacifique.

La deuxième partie analyse les changements environnementaux consécutifs à l’élévation des températures. Celle-ci va entraîner des précipitations plus fréquentes et plus abondantes, et les risques d’inondation vont s’aggraver, particulièrement en Asie du Sud-Est. La région est également très vulnérable à la montée du niveau de la mer due à l’expansion thermique et aux fontes glaciaires. Dans le monde, sur 25 des villes les plus exposées à la montée des eaux, 19 se trouvent dans la région Asie-Pacifique, dont sept rien qu’aux Philippines. L’Indonésie devrait être le pays le plus affecté par les inondations côtières, lesquelles toucheront chaque année près de 5,9 millions de personnes d’ici la fin du siècle. En 2050, le coût annuel moyen des inondations dans le monde pourrait atteindre 52 milliards de dollars US contre 6 milliards de dollars US en 2005. Les régimes hydrologiques des grands fleuves seront bouleversés par la fonte des glaciers dans le massif himalayen, avec des risques d’inondation ou, à l’inverse, de pénurie d’eau. Avec la hausse des températures, la violence des cyclones et des typhons tropicaux devrait également s’intensifier.

La troisième et dernière partie de l’étude examine les conséquences de ces bouleversements sur un certain nombre de systèmes humains en Asie-Pacifique. Le réchauffement climatique aura des effets négatifs sur les rendements agricoles et la sécurité alimentaire. Une hausse des températures qui serait limitée à 1,5 °C suffirait pour entraîner le blanchissement de 89 % des récifs coralliens dans le Pacifique Ouest. La perte des récifs et des écosystèmes associés aura des conséquences majeures sur la vie des populations côtières de l’Asie du Sud-Est, qui dépendent de la pêche et du tourisme. Le réchauffement climatique est porteur de risques importants en matière de santé publique et menace les progrès enregistrés dans la région au cours des dernières décennies, avec une augmentation du nombre d’enfants souffrant de malnutrition, du nombre de morts liées à la chaleur chez les personnes âgées et une propagation plus large des maladies à transmission vectorielle souvent mortelles — dengue et paludisme. D’autres répercussions concernent la sécurité énergétique (par exemple, raréfaction des ressources électriques due aux perturbations du fonctionnement des centrales hydroélectriques) ou la vulnérabilité des chaînes d’approvisionnement en Asie-Pacifique, qui menace le réseau commercial mondialisé.

L’étude de conclure : « la dégradation du château d’eau » de l’Asie [c’est-à-dire le massif himalayen d’où sont issus les grands fleuves d’Asie], les vagues de chaleur prolongées, l’élévation du niveau de la mer et les modifications dans le régime des précipitations peuvent déstabiliser les services écosystémiques et avoir des effets graves sur les moyens de subsistance des populations, ce qui aura des conséquences en matière de santé, exacerbera les migrations et le risque de conflits ». Afin d’atténuer les effets du changement climatique, l’étude souligne l’importance de la mise en œuvre des engagements de l’accord de Paris sur le climat, entré en vigueur en novembre 2016, dont l’objectif est de contenir l’augmentation de la température en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux de l’ère préindustrielle.

Site web
https://www.adb.org/sites/default/files/publication/325251/region-risk-climate-change.pdf