Actualité du futur

Entreprises, travail - Recherche, sciences, techniques - Société, modes de vie

Vivre, connecter, travailler : cinq futurs possibles selon Colliers International

Par

Futuribles avait accompagné Colliers International en 2019 dans une étude prospective sur les environnements de travail à l’horizon 2030. En 2020-2021, pandémie oblige, cette étude a été reprise et revue à l’aune de l’accélération de changements qu’allaient entraîner les périodes de confinement, concernant tant le télétravail que les valeurs des salariés et des entreprises.  La nouvelle version s’intitule Odyssée 2030. Vivre, connecter, travailler. 5 futurs possibles.

Les grandes lignes des scénarios sont les mêmes que dans l’édition de 2019, mais chacun d’entre eux a été adapté et modifié en prenant en compte l’impact de la crise sanitaire, en particulier la numérisation accélérée du travail par le travail à distance et l’évolution de la relation au travail dans la vie des individus. Notons aussi que les services publics ont été intégrés à cette nouvelle édition des scénarios.

Le premier scénario, ou futur possible numéro 1, décrit des transitions lentes et le prolongement du « monde d’avant », avec un accroissement de la défiance vis-à-vis des entreprises et du décalage social entre les talents les plus recherchés et qualifiés, et les salariés non qualifiés. Le futur possible numéro 2, « sursaut généralisé pour un nouvel équilibre de société », décrit au contraire une cohérence des valeurs entre entreprises, salariés et société sur l’écologie et l’éthique, pour un environnement de travail coconstruit et diversifié. Le futur possible numéro 3, « nouveau départ vers les territoires », mise sur la qualité de vie d’abord et un environnement de travail qui répond aux besoins de flexibilité de temps et de lieu. Le futur possible numéro 4, le plus sombre, évolue vers des castes numériques et des fractures territoriales, avec une destruction massive d’emplois tertiaires. Enfin, le dernier scénario, ou futur possible numéro 5, parie sur l’écologie numérique et le travail en réseau, avec un rôle accru des plates-formes collaboratives de travail.