Actualité du futur

Économie, emploi - Santé

Sept scénarios sur les impacts économiques du Covid-19

Par

Le 20 mars 2020, la Brookings Institution, célèbre think-tank américain, a publié une étude prospective sur les impacts économiques possibles du Covid-19.

Quelle méthodologie ?

Pour réaliser leurs scénarios économiques, ils se basent sur deux études évaluant le coût d’épidémies antérieures, l’une réalisée en 2003 et qui concernait le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) ; l’autre sur les pandémies grippales, réalisée en 2006. Les variables de leurs scénarios reposent donc principalement sur la diffusion plus ou moins importante de l’épidémie actuelle, dont l’anticipation est estimée par analogie.

En termes d’impact sur la population des pays concernés, ils s’appuient sur une série d’indices qui tentent de transposer le cas chinois aux différents pays du globe. Ils emploient, par exemple, l’indice de vulnérabilité qui est construit en agrégeant un indice de géographie et un indice de politique de santé. L’indice de géographie est la moyenne de deux indices. Le premier est la densité de population urbaine des pays divisée par la part de la population urbaine dans la population totale (toujours en comparaison avec les chiffres chinois). Le deuxième sous-indice est un indice d’ouverture au tourisme par rapport à la Chine. L’indice de la politique de santé comprend également deux composantes : l’indice de sécurité sanitaire mondiale et les dépenses de santé par habitant par rapport à la Chine. L’indice de sécurité sanitaire mondiale attribue des scores aux pays selon six critères, parmi lesquels la capacité de prévenir, de détecter et de répondre aux épidémies.

Enfin en termes d’impacts économiques, les auteurs soustraient à l’offre de main-d’œuvre le nombre de personnes décédées, les heures de travail perdues en raison de la maladie et les heures perdues en raison des personnes s’occupant de membres de la famille qui sont malades ou confinés (c’est le cas des enfants), toujours en se basant sur l’exemple chinois et en combinant cela avec l’indice de vulnérabilité des pays évoqué ci-dessus. Ils émettent également des hypothèses sur la hausse du coût des affaires dans chaque secteur, en intégrant la perturbation des réseaux de production dans chaque pays, les changements dans la consommation résultant d’évolutions dans les préférences des ménages, la hausse attendue des primes de risque sur les entreprises de chaque secteur dans chaque pays (en fonction de l’exposition à la maladie).

Quatre scénarios encore valables aujourd’hui

Au moment de la parution de cette étude, les trois premiers scénarios imaginés par la Brookings sont déjà caducs dans la mesure où ils envisageaient la possibilité que l’épidémie concerne exclusivement la Chine. Les quatre autres scénarios demeurent valables. Les scénarios 4 à 6 sont les scénarios de pandémie où les chocs épidémiologiques se produisent dans tous les pays à des degrés différents. Ces scénarios supposent que les chocs sont temporaires. Le scénario 7 envisage une pandémie qui devrait se reproduire chaque année pendant un nombre d’années encore indéfini. Pour la France, les auteurs estiment que le nombre de décès pourrait se situer, selon les scénarios, entre 60 000 et 238 000 personnes la première année. Sur le plan économique, la France pourrait connaître une chute allant de moins 1,5 % à moins 8 % du produit intérieur brut (par rapport à son niveau d’avant-crise).