Note de veille

Recherche, sciences, techniques - Ressources naturelles, énergie, environnement

L’électricité renouvelable se développe malgré la pandémie

Par

Dans la dernière édition de son rapport sur les énergies renouvelables (EnR), Renewables 2020, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) constate que la demande énergétique ainsi que les investissements globaux dans ce domaine auront baissé en 2020, respectivement de 5 % et 18 % par rapport à l’année précédente, en raison de la crise et des confinements.

Dans ce contexte et contrairement aux autres ressources énergétiques, la production électrique à partir d’énergies renouvelables a, elle, augmenté de 7 % entre 2019 et 2020. En revanche, les biocarburants ont, eux, baissé.

Hausse de la capacité des EnR par pays / régions (en gigawatts)

Source : AIE, Renewables 2020.

L’augmentation des capacités de production d’électricité renouvelable a été principalement tirée par la Chine et les États-Unis en 2020, et la valeur des actions des entreprises d’énergie solaire ont doublé entre décembre 2019 et octobre 2020. En 2020, 90 % de l’augmentation de capacité électrique provient des énergies renouvelables : éolien, hydroélectrique et solaire. L’accroissement d’électricité renouvelable a été supérieur à celui anticipé par l’AIE plus tôt dans l’année, compte tenu de la crise. Aussi l’agence a augmenté ses prévisions d’électricité renouvelable pour la suite.

En 2021, la croissance de l’électricité renouvelable devrait venir d’Inde et d’Europe, où les projets sur appels d’offres ont pris du retard en raison de la pandémie. En Europe, l’accroissement est soutenu par les objectifs d’énergies renouvelables et le Plan de relance européen qui permettra un financement à moindre coût.

Dans ses nouvelles prévisions, l’AIE estime que les nouvelles capacités de production électrique renouvelable devraient dépasser celles du gaz naturel en 2023 et celles du charbon en 2024. Ceci en raison de la réduction des coûts des technologies éoliennes et photovoltaïques elles-mêmes, et du soutien politique dont elles bénéficient pour atténuer le changement climatique. Le solaire photovoltaïque représenterait à lui seul 60 % de l’augmentation totale des capacités renouvelables d’ici à 2025 et l’éolien 30 %.

Néanmoins, selon l’AIE, malgré la baisse des prix, le portage politique pour le climat reste indispensable ; elle anticipe que les mécanismes de certificats « verts » et d’appels d’offres couvriront 60 % des capacités renouvelables additionnelles dans les cinq ans. L’investissement des compagnies pétrolières dans les renouvelables serait multiplié par 10 sur la période.

Production électrique par technologies, 2025 (en térawattheures)

Source :  AIE, 2020.

Les capacités totales installées d’électricité renouvelable dépasseront celles qui fonctionnent au charbon en 2025, en faisant la principale source de production électrique à cet horizon. Ces prévisions plus optimistes sur le développement de l’électricité renouvelable sont une bonne nouvelle, mais il reste une très large marche à monter encore entre l’électricité renouvelable qui dépasse celle au charbon et l’électricité renouvelable qui couvre plus de la moitié des besoins électriques, soit plus que l’ensemble des énergies fossiles [1].

Il faudra donc que cette tendance s’accentue davantage pour être en ligne avec l’un des scénarios de rupture du Rapport Vigie 2020 : le scénario 5, « En 2040, les énergies renouvelables supplantent les énergies fossiles », qui envisage que les énergies renouvelables couvrent la moitié du mix énergétique et près de 70 % de la l’électricité mondiale à l’horizon 2040.



[1] Par rapport à la référence de capacité 2018 de l’AIE, le charbon, qui fournissait 10 160 TWh, diminuerait. Le gaz augmenterait très faiblement et le pétrole continuerait son déclin pour cet usage. Source :données AIE.

À lire également

Devenir membre

Cet article est en accès libre jusqu'au 20/03/2021. Devenez membre pour accéder à l'ensemble des productions de l'association.

Adhérer