Note de veille

Population

La France de 2070 comptera un tiers de 60 ans ou plus

Par

L’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) vient de publier de nouvelles projections de population pour la France, qui portent désormais à l’horizon 2070. Sans surprise, la principale tendance à retenir est la poursuite du vieillissement. Dans le scénario central, la France compterait, en 2070, 76,5 millions d’habitants, soit 10,7 millions de plus qu’en 2013. La quasi-totalité de cette hausse (10,4 millions) concernerait les personnes de 65 ans ou plus. En 2070, près de 3 Français sur 10 seraient âgés de 60 ans ou plus : on compterait près de 17,9 % de 75 ans ou plus (+ 7,8 millions), 10,8 % de 65-74 ans, et 5,8 % de 60-64 ans. Parallèlement, les 20-59 ans ne représenteraient plus que 44 % de la population en 2070, contre 52 % en 2013. L’essentiel de ce basculement se produirait jusqu’en 2035, avant de ralentir jusqu’en 2070.

Le nombre de personnes de 85 ans ou plus serait multiplié par quatre, passant de 1,8 million à 6,3 millions. Et il y aurait plus d’une personne de 65 ans ou plus pour deux âgées de 20 à 64 ans (contre une pour trois aujourd’hui). La France pourrait aussi héberger 270 000 centenaires, contre 21 000 en 2013.

À l’horizon de la projection, la croissance de la population française s’essoufflerait d’année en année. Jusqu’en 2050, elle serait principalement tirée par le solde naturel ; ensuite, c’est le solde migratoire qui prendrait le relais.

 

Néanmoins, compte tenu de l’horizon de réflexion, des incertitudes fortes demeurent concernant le nombre de naissances, de décès et de personnes entrant ou quittant le territoire français. Au total, huit scénarios alternatifs ont été envisagés par l’INSEE, en faisant varier les hypothèses d’évolution de ces indicateurs par rapport au scénario central.

Ainsi, si l’indicateur conjoncturel de fécondité passait de 1,95 à 2,1 enfants par femme, en 2070 la France hébergerait 4,4 millions d’habitants de plus que dans le scénario central. De même, si le solde migratoire annuel n’était pas de 70 000 mais de 120 000 personnes par an, il y aurait 4,1 millions d’habitants de plus en 2070. Enfin, une hausse de trois ans de l’espérance de vie (toujours par rapport au scénario central) se traduirait par une hausse de 2,5 millions d’habitants.

À l’inverse, avec les combinaisons des hypothèses les plus basses pour ces trois indicateurs, la population de la France n’augmenterait que faiblement jusqu’en 2040, avant de diminuer pour rejoindre en 2070 son niveau de 2013.

L’éventail démographique de la France reste donc très ouvert à long terme. On peut néanmoins regretter, comme souvent, que l’INSEE ne soit pas plus audacieux dans ses hypothèses de fécondité, de mortalité et de migration : des ruptures (à la hausse ou à la baisse) pourraient en effet avoir des impacts majeurs sur l’évolution et la structure de la population française.

----------------------------
Sources :
Blanpain Nathalie et Buisson Guillemette, « Projections de population à l’horizon 2070 », INSEE Première, n° 1 619, novembre 2016. URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/version-html/2496228/ip1619.pdf ; Blanpain Nathalie et Buisson Guillemette, « 21 000 centenaires en 2016 en France, 270 000 en 2070 ? », INSEE Première, n° 1 620, novembre 2016. URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/version-html/2496218/ip1620.pdf. Consultés le 17 janvier 2017.

À lire également

Devenir membre

Cet article est en accès libre jusqu'au 3/03/2017. Devenez membre pour accéder à l'ensemble des productions de l'association.

Adhérer