Journal

Société de services ou société de serviteurs

This article is published in Futuribles journal no.147, oct. 1990

Le développement de la société de services, plutôt que de représenter un progrès, ne correspondrait-il pas à une régression historique, une sorte de ” retour au temps de la servilité et de la domesticité “, doublement néfaste car il générerait un nouveau prolétariat et entraînerait une perte d’autonomie des individus.
En réponse à la question ainsi soulevée par André Gorz dans un récent article du Monde Diplomatique, Jean Gadrey explique ici qu’il n’en est rien. Il montre d’abord que la plupart des services marchands correspondent à des activités que le client ne saurait assurer par lui-même dans des conditions économiques favorables, qu’il y donc ” substitution productive “. Il explique ensuite que le mode de production desdits services, par le canal notamment du marché, ne saurait en lui-même être condamnable, rien n’empêchant cependant qu’ils répondent à des normes de ” service public “.

#Inégalité sociale #Philosophie #Sciences économiques #Secteur tertiaire #Travail

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.