Futuribles Journal n° 160

Économie, emploi - Géopolitique - Recherche, sciences, techniques

Le débat pour une politique industrielle européenne

Par

Convaincu de la nécessité d'une politique industrielle réellement digne de ce nom, Michel Fouquin - dont on connaît la compétence et les nombreux travaux dédiés notamment à l'industrie électronique mondiale - s'est livré pour Futuribles à une lecture sans complaisance du rapport de la Commission Européenne.
Si l'argument de base est simple et guère discutable - le rôle stratégique de l'industrie électronique, non seulement en tant que secteur de forte croissance mais aussi facteur déterminant de la compétitivité de l'ensemble des économies modernes -, selon Michel Fouquin le diagnostic de la Commission est incomplet, sinon erroné, et la stratégie proposée certainement pas à la hauteur des défis.
Le diagnostic confère une idée fausse de la situation : les industries électroniques ne peuvent absolument pas être comparées, au contraire, aux industries " structurantes " d'hier. Au demeurant, il n'est pas indispensable de disposer d'un potentiel propre, on peut l'acquérir sur le marché mondial.
Le problème ne tient pas au fait que le marché japonais (éternel bouc-émissaire) soit fermé, mais bien au fait que l'industrie européenne n'est pas compétitive, ni en termes de prix ni en termes de qualité. Or, il s'agit d'un marché éminemment concurrentiel, avec :
- aux États-Unis, un extraordinaire renouvellement des entreprises au travers d'innovations majeures entraînant un redéploiement permanent des acteurs de l'offre et de leur part de marché ;
- au Japon, des entreprises jouissant d'une pérennité incontestable mais éminemment innovante, aux plans tant technologique que commercial.
Par contre, l'Europe - dont le marché est très morcelé - continue à être dominé par des entreprises moins performantes qui ont tardé à s'adapter à cette intense compétition internationale.
Certes, souligne Michel Fouquin, les grands programmes européens ont permis un progrès, l'unification est en train et l'internationalisation des firmes a été bien engagé. Mais les progrès enregistrés ne sauraient masquer les faiblesses d'une industrie dont le redressement ne saurait relever de la même logique que celle adoptée, par exemple, dans le domaine spatial, ne serait-ce qu'en raison de la multiplicité des produits et de l'intensité de la concurrence.

S'abonner à la revue

Principale revue de prospective en langue française, la revue Futuribles est un bimestriel disponible au format papier ou numérique. Découvrez nos trois formules d'abonnement.

S'abonner