Journal

Regenesis

Feeding the World without Devouring the Planet

Analyse de livre

Couverture du livre Regenesis de George Monbiot.
fr
Les pastorales nous égarent. Depuis qu’il pleut bergère et qu’on nous serine les fables de la ferme, nous sommes persuadés des vertus du champ et de l’étable, nous célébrons le sacerdoce du paysan. Erreur fatale, nous dit George Monbiot dans son dernier ouvrage : l’agriculture est en réalité l’activité humaine la plus destructrice de la nature.

Monbiot George, Regenesis: Feeding the World Without Devouring the Planet, Londres : Penguin Books, août 2022, 352 p.

Couverture du livre Regenesis de George Monbiot.

George Monbiot est un essayiste connu au Royaume-Uni. Militant écologiste déterminé, producteur de documentaires, éditorialiste au Guardian, il écrit à la fois sur la nature et sur la politique. Ses vues inspirantes et radicales lui valent beaucoup d’ennemis, et plus encore d’amis. Ce dernier ouvrage ne le cède pas aux précédents, ni en audace ni en références scientifiques. Les notes constituent le quart de l’ouvrage.

Regenesis est une enquête sur les méfaits de l’agriculture contemporaine, les solutions pour y remédier et l’avenir de l’alimentation. Comment produire une nourriture saine et abordable pour tous ? En bon écologiste, George Monbiot fait l’éloge du sol et de ses habitants, s’extasie devant l’extrême sophistication des relations entre les racines, les champignons, les bactéries et les bestioles dans les hauts lieux de la diversité pédologique : rhizosphère, drilosphère, myrmécosphère [1]… Pour déplorer que l’humanité ait piétiné et maltraité un milieu que la science commence juste à explorer et dont il faudrait connaître chaque centimètre carré.

L’utilisation des terres est une question éc...