Temps de travail

Revue

Entreprises, travail - Société, modes de vie

The Evolution of Work: Exploit, Industry and Honour. A Long-Run International Analysis

Constantly running beneath recent debates on the effects of robotization on employment (how many non-automated jobs will there be?) is the question whether modern societies are able to offer everyone a full-time job. Does working time necessarily diminish with technological progress and economic development? It is in order to answer this question that Jonathan Gershuny and Kimberly Fisher have studied the results of surveys on individual workers’ hours in 16 countries over the last five decades. In this article, they describe the trends that emerge with regard to work in the broader sense.

After looking back over the way aspirations and relations to work and leisure have changed since the 19th century (drawing mainly on Veblen’s theories), Gershuny and Fisher present the various surveys that underpin their analysis and describe their methodology. They then identify a number of major trends: a degree of historical constancy and similarity between countries over the last 55 years in terms of the time devoted to (paid + unpaid) work; a convergence in the trends among male and female workers and near parity between the sexes as far as time devoted to all (paid + unpaid) work is concerned; an apparent historic levelling-off of working hours around eight-and-a-half hours per day; and a reversal in the human-capital-related work-leisure gradient (the better educated now work more), which the authors associate with a growth in “exploit” as opposed to “industry” (to use Veblen’s terminology) within paid work in early 21st century societies.

Editorial

Économie, emploi - Entreprises, travail - Recherche, sciences, techniques

La foudre technologique

L’apparition des machines — bien qu’elles améliorent en général les conditions humaines — a toujours suscité de vives inquiétudes quant à l’avenir du travail. En témoignent de célèbres écrits relatant la destruction de machines à filer en Normandie, et La Terre de Zola [1] relatant l’opposition des paysans vis-à-vis de la mécanisation. Aux débuts de l’informatisation ont fleuri à nouveau de telles inquiétudes. Celles-ci resurgissent aujourd’hui avec une vigueur nouvelle en raison de l’ampleur et ...

(913 more words)

Bibliography

Société, modes de vie - Territoires, réseaux

Le Moment est venu de penser à l’avenir

Le Moment est venu de penser à l’avenir

Dans cet ouvrage paru au printemps dernier, Jean Viard nous présente son analyse des bouleversements que connaît la société aujourd’hui. L’un des principaux messages est de parvenir à inventer de nouveaux mots face aux rapides changements en cours. L’enjeu est de formuler des récits pour conter ces nouveaux équilibres de la société et d’inventer le monde qui vient. Le livre se structure en deux parties, la première propose un diagnostic de la société contemporaine (chapitre 1 ...

(893 more words)

Bibliography

Société, modes de vie

Pressed for Time : The Acceleration of Life in Digital Capitalism

Pressed for Time: The Acceleration of Life in Digital Capitalism

Judy Wajcman, professeur de sociologie à la London School of Economics, part du constat que la presse du monde occidental renvoie de plus en plus l’image d’un monde qui s’accélère, alors même que les machines et la technique sont censées avoir été créées pour faire gagner du temps à l’humain. Elle se demande comment il est possible que l’équilibre vie professionnelle / vie personnelle soit devenu si difficile à atteindre et maintenir, alors même que la ...

(1050 more words)

Note de veille

Société, modes de vie

Lifestyles based on Localness and Slowness ?

Based on a note by Cécile Désaunay 80% of people in France, Germany, Spain and America view their pace of life as too fast! This is one of the findings of a survey commissioned by the ‘Forum Vies Mobiles’ (an independent research institute on mobility supported by the French national rail operator, SNCF) on people’s aspirations in the area of lifestyles and their impacts on mobility. The survey covers six countries: France, Spain, Germany, the USA, Japan and Turkey ...

(356 more words)

Note de veille

Société, modes de vie - Territoires, réseaux

Des modes de vie centrés sur la proximité et le ralentissement ?

Le Forum vies mobiles est un institut autonome de recherche et d’échanges sur les mobilités soutenu par la SNCF (Société nationale des chemins de fer français). Il s’intéresse en particulier aux aspirations dans le domaine des modes de vie et à leurs impacts sur la mobilité, et a commandé à l’Obsoco (Observatoire société et consommation) une enquête sur ce sujet [1]. Plus de 12 000 personnes ont été interrogées dans six pays : France, Espagne, Allemagne, États-Unis, Japon ...

(719 more words)

Note de veille

Économie, emploi - Société, modes de vie

Les femmes travaillent plus et sont moins heureuses

Si le travail domestique était pris en compte dans le calcul de l’activité économique d’un pays, les femmes occuperaient une place plus importante que les hommes dans la création de richesse. Le dernier rapport de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) sur le travail domestique confirme, une fois de plus, que les femmes consacrent plus de temps au travail (rémunéré ou non) que les hommes. Elles ont donc moins de temps pour les loisirs, ce ...

(10 more words)

Editorial

Le langage des heures

Que ce soit à propos de l’avenir des retraites ou, plus généralement, de celui du système de protection sociale, j’ai régulièrement souligné dans ces colonnes que l’essentiel du problème résultait, en France, du sous-emploi endémique dont souffre le pays et d’un système fiscal pénalisant outrageusement le travail. J’y reviens une fois encore, tant il me paraît nécessaire de dénoncer le gaspillage de ressources humaines qui ré sulte des arbitrages ainsi effectués, tout spécialement celles des ...

(37 more words)

Note de veille

Économie, emploi

Baisse du temps de travail dans les pays développés : jusqu’où ?

Depuis 1950, la durée annuelle du travail par actif occupé1 a baissé en moyenne de 25 % dans neuf pays européens et aux États-Unis, d’après une enquête de l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques). Si cette baisse s’explique en partie par des facteurs « historiques », le temps de travail pourrait cependant continuer à diminuer sous l’effet d’autres évolutions.

Bibliography

Économie, emploi - Entreprises, travail

« Organisation du travail : comment les salariés vivent le changement »

De nombreuses entreprises ont été amenées à modifier leur organisation à l'occasion de la réduction du temps de travail. « Toutes choses égales d'ailleurs », les salariés ont diversement vécu ces changements. Leur appréciation est plutôt positive quand il s'agit d'utiliser davantage les technologies de l'information ou de développer le travail en groupe, ou encore quand cela permet de disposer de plus de temps pour s'occuper de sa famille, spécialement pour les hommes. À l'inverse ...

(47 more words)

Bibliography

Économie, emploi - Entreprises, travail - Recherche, sciences, techniques

The Future of Work : Changing Patterns of Workforce Management and their Impact on the Workplace

Les auteurs rendent comptent dans cet article des conclusions d'un programme de recherche financé par plusieurs grandes compagnies américaines. Selon eux, la plupart des entreprises ne savent pas manager les knowledge workers de manière efficace. Elles pourraient améliorer leur productivité et leur flexibilité en réduisant dans le même temps leurs coûts fixes de 30 % Le changement de nature du travail (de plus en plus intellectuel), la diversité croissante de la population active (plus féminine, plus âgée), les attentes de ...

(76 more words)

Revue

Économie, emploi - Territoires, réseaux

Pour une urbanistique des temps. La désynchronisation des temps sociaux

For a very long time, and above all as a result of industrialization, social life was organized around working hours, which in turn tended to conform to a single pattern, with everyone working at the same times and in the same place.
Several new trends are now appearing: the number of hours worked is becoming more varied, as are work schedules; distinctions in times and places of work/non-work are increasingly blurred, especially as a result of new forms of organization and employment and also of a rise in female activity rates (since lack of change in the division of labour means that women have to juggle several kinds of time constraint).
Consequently we are moving towards a society in which the boundaries between work and leisure are becoming increasingly fluid, and social schedules less and less synchronized, leading to debates about such matters as access to services and therefore the opening hours of public services, shops, etc.
In order to accommodate "atypical", "unsocial" working hours and to harmonise at least some of these different patterns of work and leisure, interesting local initiatives have been launched in Italy, Germany, the Netherlands and France. They aim to bring together the various protagonists in social life in "offices of time" with a view to reaching agreement on establishing core hours for communal activities in spite of these increasingly heterogeneous schedules and everybody's desire to organize their own time.
The process described by Jean-Yves Boulin is only just starting. No one can doubt, however, that the trend is likely to continue and we shall gradually develop a very different relationship with both time and space from the pattern prevailing when everyone worked the same hours in the same place.

Revue

Économie, emploi - Entreprises, travail - Société, modes de vie

L’économie politique du temps

Basing his discussion on the national surveys of time-use in a dozen countries, Jonathan Gershuny argues that the changes in how time is spent every day reveal a general similarity among countries and between the sexes, although women still do more housework than men. He also shows that there has been a slight increase in the amount of time spent on paid work (and rising with level of education) and a slight fall in time spent on domestic chores.
Despite these trends, Gershuny stresses that there are potentially substantial differences from country to country, especially between those with long working hours, poor public services and where therefore there are big gender differences, and those with shorter working hours, better public services and where therefore gender differences are smaller.
From this he outlines a political economy of time, and argues that the time spent on paid work has an impact on how and which services are used. He ends by showing that "social democratic states tend towards high-value leisure service consumption, whereas liberal market states tend towards the low value pattern".

Revue

Économie, emploi - Société, modes de vie

L’impact de la réduction du temps de travail

Gilbert Cette and Pavel Diev offer here a short survey of the various studies devoted to the impact of the reduction in working hours (RWH) on the way the French spend their time, as well as the main conclusions.
Overall, these studies show that the time released by the RWH is shared among the activities people usually engage in outside working hours, depending on characteristics such as gender, income, whether or not they have children... Women, for example, mostly spend this extra time on household tasks and personal care, whereas men tend to spend it on gardening and DIY. If they have children, those in paid employment spend more time on domestic tasks and/or leisure activities. The level of education appears to determine whether this extra time is spent on domestic chores rather than leisure or social activities.
Finally, the authors provide some interesting insights into the variables most likely to influence how this extra free time is spent by those who have gained it (by age, family situation, income, length of service in the firm, travel-to-work time, the manner of RWH, etc.).

Bibliography

Société, modes de vie

« Vacances, week-ends : les incidences des 35 heures »

En juin 2002, l'aménagement et la réduction du temps de travail (ARTT) concernait 62 % des salariés, soit 26 % de la population de 18 ans et plus. Quelle influence les 35 heures ont-elles eu, l'an dernier, sur les comportements de départs des Français ? Une étude du CRÉDOC, réalisée pour la Direction du Tourisme, Département de la Stratégie, fournit les premiers éléments de réponse : ce ne sont pas les effets de la loi en matière de voyages, de départs en ...

(115 more words)

Bibliography

Économie, emploi - Entreprises, travail - Société, modes de vie

Travailler pour être heureux ? Le bonheur et le travail en France

Légèrement plus d'autonomie au travail d'un côté ; de l'autre, une forte augmentation de la pression et de l'intensité, qui annule les effets de cette timide émancipation : tel est le constat dressé par le collectif de sociologues dirigé par Christian Baudelot, professeur à l'Ecole normale supérieure, et Michel Gollac, du Centre d'études sur l'emploi. Leur analyse se fonde sur les résultats d'une vaste enquête sur « le bonheur et le travail en France », effectuée ...

(760 more words)

Bibliography

Économie, emploi - Entreprises, travail

A New Organisation of Time Over Working Life

La durée traditionnelle de la vie active, une quarantaine d'année comprise entre les études et la retraite, est en train de changer. Les travailleurs souhaitent une meilleure qualité de vie et moins de stress, tandis que les employeurs poussent à plus de flexibilité. L'objectif d'élever le taux d'emploi des plus âgés, de même que celui de se former tout au long de la vie, rendent nécessaire la réorganisation du temps de travail sur toute la vie ...

(22 more words)

Bibliography

Économie, emploi - Entreprises, travail - Société, modes de vie

Temps et travail : l’intensité du travail

Ce rapport basé sur une analyse seconde de la troisième enquête européenne sur les conditions de travail (2000), fournit des informations importantes sur l'évolution de l'organisation du temps de travail en Europe. Collectivement et en moyenne, la réduction du temps de travail se poursuit. Ces moyennes cachent toutefois d'importants écarts entre pays, catégories professionnelles, secteurs, ainsi qu'entre hommes et femmes. Certains groupes sont ainsi plus concernés par les horaires atypiques ou par des durées de travail ...

(86 more words)

Bibliography

Économie, emploi

Réduction du temps de travail : les enseignements de l’observation

Quel diagnostic porter au printemps 2001 sur les résultats, à mi-parcours, du processus de réduction du temps de travail ? Quelles leçons tirer de l'expérience ? Tels étaient les objectifs assignés à la commission présidée par Henri Rouilleault. À cette date, 6,9 millions de salariés étaient passés aux 35 heures, soit près d'un salarié sur deux du secteur concurrentiel (62 % des salariés des entreprises de plus de 20 salariés et 8 % dans celles de moins de 20 salariés). Selon ...

(362 more words)

Bibliography

Économie, emploi

« Réduction du temps de travail et emploi »

La réduction du temps de travail n'est pas un phénomène récent. Ce mouvement paraît universel et assez tendanciel, mais les raisons des réductions observées sont très variées selon les pays et sans doute davantage selon les époques, la lutte contre le chômage étant évidemment la plus fréquente en période de sous emploi. C'est autour de cette question de l'influence de la RTT sur l'emploi et le chômage que s'organise cette livraison d'Économie Internationale. L ...

(73 more words)

Revue

Économie, emploi - Institutions

Intervention publique et négociation collective. Le cas de la réduction du temps de travail en Europe

It is often claimed that France stands out from the rest of Europe in social policy, because in France state intervention is more important than collective bargaining; a current example would be the legislation known as the "Aubry laws" on reducing working hours.
Nevertheless, with evidence from a recent seminar organized by the Council for Economic Analysis, Gilbert Cette shows here that even in countries with a strong tradition of collective bargaining (e.g. Germany, the Netherlands), the measures to reduce working hours were introduced after both agreements with trade unions and intervention (sometimes forceful) by the state. Also, in varying degrees, the role of the actors and the procedures have changed, with the social partners not always showing the leadership that is often attributed to them. In Italy, for example, the government rushed to sustain collective bargaining that had stalled, or in the Netherlands it had a key role in launching the negotiations.
The examples of the five countries that Gilbert Cette uses for his study lead him to conclude that "the existence of active bargaining is not a contradiction of state intervention"; on the contrary, he argues, interventions via legislation and regulations actually complement collective bargaining.

Bibliography

Économie, emploi - Entreprises, travail

Les Nouvelles Pistes du temps de travail

La question de la réduction et de l'aménagement du temps de travail est souvent appréhendée sur l'année, voire la semaine. Ce recueil, qui rassemble certaines des contributions à un colloque organisé conjointement par l'Institut syndical européen et la Confédération européenne des syndicats (CES), se place dans la perspective plus ouverte et riche d'une organisation du temps de travail sur l'ensemble du cycle de vie. Les modalités abordées visent à permettre aux individus de mieux concilier ...

(597 more words)

Revue

Économie, emploi - Institutions

Le temps de travail dans la fonction publique. Synthèse du rapport de la mission sur le temps de travail

Working Time in the Public Service. A Synthesis of the Report Presented by the Commission on Working Time, Jacques Roché
The French government has made reduction of working hours one of its essential priorities in the fight against unemployment. A first law was passed in June 1998, stipulating that by the first of January 2002 the legal working week will be reduced to 35 hours from 39 hours.
But the main employer in France is the state (with 2.2 million employees); the public and para-public sectors together employ between 4 and 6 million (see the article by Annie Brenot-Ouldali). One of the unanswered questions is how the reduction of working hours will affect the quality of service of the public sector, which is already notorious for its relaxed attitude to working time.
The ministry responsible for reform and decentralization of the public service appointed Jacques Roché to head an interdepartmental inquiry on the topic. His mandate was 1) to conduct a comprehensive survey on regulations and practices pertaining to working time and overtime in the public service; and 2) to explore the ways to organize work to improve the quality of service with a working week of 35 hours. The published text is a synthesis of the report presented by the interdepartmental commission.
It starts with an analysis of the situation, which stresses the difficulty of giving a precise estimate of the time spent at work due to the different situations and conditions of work. It provides us nevertheless with useful information about hours of work per week.
The second part summarizes the Commission's proposals. It stresses especially the need to couple reduction with reorganization of working time and with a modernization of the public service, which Jacques Roché says should be undertaken to improve working conditions.

Bibliography

Économie, emploi - Entreprises, travail

Le Temps de travail de ceux qui ne comptent pas

Cette étude collective, en faisant un tour d'horizon de cinq pays, tente de répondre à trois questions à propos des cadres : faut-il mesurer leur temps de travail ? Quelles sont les organisations les plus favorables à la maîtrise du temps ? Quelle place tiennent-ils dans les sociétés ? Une synthèse transversale et une analyse par pays offre au lecteur plusieurs clés d'entrée. Dans une première partie, les auteurs proposent quelques axes d'analyse, à commencer par la définition d'une notion ...

(184 more words)