Rapport

Économie, emploi

The Net-zero Transition: What It Would Cost, What It Could Bring

Par

The Net-zero Transition: What It Would Cost, What It Could Bring
MCKINSEY & COMPANY , « The Net-zero Transition: What It Would Cost, What It Could Bring », McKinsey, 2022.

Ce rapport de McKinsey a le mérite d’éclairer trois questions essentielles : combien va coûter la transition ? Combien va-t-elle rapporter ? Qui va payer ?

Selon les auteurs du rapport, elle devra mobiliser des dépenses supplémentaires équivalant à environ 3,5 % du produit intérieur brut (PIB) mondial chaque année (3 500 milliards de dollars US sur 100 000 milliards) entre 2021 et 2050, essentiellement dans des investissements consacrés aux secteurs de l’énergie, des transports, du bâtiment et de l’agriculture. Pour autant, cette mobilisation considérable de capitaux ne sera pas improductive. Elle pourrait non seulement trouver une rentabilité, mais aussi ouvrir de nouvelles opportunités économiques. Globalement, la transition serait créatrice d’emplois, les emplois créés (200 millions) étant plus nombreux que ceux qui seraient supprimés (185 millions) à l’horizon 2050. Sur ces deux premiers points, le rapport McKinsey ne s’écarte pas fondamentalement des chiffrages produits avant lui par d’autres instituts.

Son apport le plus novateur concerne la troisième question : qui va payer ? Qui va perdre ? Qui va gagner ? Pour y répondre, le rapport a classé les pays de la planète en six catégories :

• les pays producteurs de pétrole et d’hydrocarbures (Arabie Saoudite, Russie, Nigeria…) ;

• Les pays fortement émetteurs de gaz à effet de serre (Inde, Chine, Indonésie…) ;

• les pays à économie agricole dominante (Kenya, Sénégal…) ;

• les pays dont l’économie repose sur un usage intensif de leur sol (Brésil, Argentine…) ;

• les pays industriels dont la production est fortement dépendante du pétrole (Allemagne, Japon, Corée du Sud…) ;

• les pays fortement tertiarisés (États-Unis, France…).

Et les auteurs expliquent que chaque pays devra payer pour la transition un prix qui différera à la fois par son intensité et par sa nature (changement radical de modèle économique pour certains, shift technologique ou modification des modes de vie pour les autres…).

Ce rapport, fort bien documenté, peut faire l’objet de plusieurs lectures. Un premier niveau, technico-économique, fait écho aux rapports de même nature (Association négaWatt, Shift Project, Réseau de transport d’électricité [RTE]…) déjà analysés par Futuribles. Un deuxième niveau, géopolitique, éclaire les « écarts de logique » que le défi de la transition pourrait creuser entre les pays de différentes catégories. Il pourrait expliquer les tensions, actuelles ou à venir, entre les pays qui payeront le prix le plus fort (Russie, Chine, Inde) et les pays européens. Alors que ces derniers ont largement contribué à imposer le principe de la transition, ils en seront sans doute les premiers bénéficiaires. L’investissement significatif de McKinsey dans la question du climat envoie aussi un signal sociopolitique : il acte, un an après le rapport publié par Bill Gates, le fait que l’objectif de la neutralité carbone est désormais « acheté » par les milieux économiques occidentaux. L’expertise acquise par McKinsey sur cette question pourrait enfin contribuer à consolider son influence dans la production d’idées et d’orientations politiques. Le cas de la France (qui a eu largement recours aux cabinets anglo-saxons pour caler ses politiques publiques) n’est en effet pas isolé.

Ce rapport peut donc aussi être vu comme un avertissement lancé aux mouvements écologistes. À trop se complaire dans les débats théoriques et dogmatiques [1], ils risquent d’abandonner à d’autres le pilotage politique de la transition.



[1] Voir, par exemple, Latour Bruno et Schultz Nikolaj, Mémo sur la nouvelle classe écologique. Comment faire émerger une classe écologique consciente et fière d’elle-même, Paris : La Découverte, 2022.

Site web
https://www.mckinsey.com/business-functions/sustainability/our-insights/the-net-zero-transition-what-it-would-cost-what-it-could-bring

Read related content

Recherche

Faire une recherche thématique dans la base bibliographique