Actualité du futur

Économie, emploi - Éducation - Entreprises, travail

Trois scénarios sur l’avenir de l’apprentissage en Europe

Par

Dans le cadre d’une étude conjointe Cedefop (Centre européen pour le développement de la formation professionnelle) / OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), en s’appuyant sur l’observation de 40 dispositifs dans 25 pays européens, deux chercheurs proposent trois scénarios sur l’avenir de l’apprentissage en Europe.

Cette publication fait suite à une conférence qui s’est tenue à Paris en octobre 2019 et qui a réuni de nombreux experts du sujet, ainsi que des décideurs politiques. Cette conférence avait pour but d’explorer l’avenir de l’apprentissage à l’aune de grandes tendances, telles que les changements sociodémographiques, l’adoption accélérée des technologies émergentes, les nouvelles formes d’organisation du travail, et d’examiner comment elles ont affecté, et continueront d’affecter, la conception et la prestation de l’apprentissage dans les pays européens et de l’OCDE. L’étude comprend donc 16 articles rédigés par des experts à l’occasion de cette conférence, ainsi qu’une partie prospective avec trois scénarios.

Le premier scénario envisage une ubérisation des formes d’apprentissage. Le recours à ce dispositif servirait ici exclusivement à pourvoir des postes peu qualifiés. En effet, dans ce scénario, les employeurs tentent de réduite au maximum leurs charges et profitent de la libéralisation de la réglementation relative au statut d’apprenti.

Dans le deuxième scénario, l’apprentissage fait partie intégrante de la carrière professionnelle et permet l’acquisition de compétences dans un domaine d’activités particulier. Les programmes de formation ne visent plus seulement l’insertion professionnelle, il y a un engagement renforcé de la part des employeurs et des apprentis pour pérenniser leur collaboration.

Dans le troisième scénario, la notion d’apprentissage recouvre des réalités très différentes selon les secteurs, les personnes et les formations. Dans certains secteurs, l’apprentissage permet d’acquérir de nouvelles compétences pour s’implanter dans un secteur d’activité, mais cela reste une exception. Bien souvent, il est utilisé par les employeurs comme période d’essai sur un poste particulier. Le statut d’apprenti est peu attractif, tant pour les étudiants que pour les employeurs, et il est souvent considéré comme inférieur aux parcours académiques traditionnels.

C’est vers ce scénario d’une hybridation des parcours d’apprentissage que semble se diriger l’Europe aujourd’hui selon les deux auteurs de l’étude.

--------------------------
Source :
The Next Steps for Apprenticeship, Luxembourg : Office des publications de l’Union européenne (Cedefop Reference Series 118), 2021, 184 p. URL : https://www.cedefop.europa.eu/files/3087_en.pdf. Consulté le 12 février 2021.