Actualité du futur

Ressources naturelles, énergie, environnement - Société, modes de vie

Quatre scénarios pour penser une société française neutre en carbone

Par

Après RTE (Réseau de transport d’électricité) et l’association négaWatt, c’est au tour de l’ADEME (Agence de la transition écologique) de publier les résultats de sa réflexion prospective « Transitions 2050 », qui propose quatre scénarios de société française neutre en carbone à l’horizon 2050. Ces scénarios sont le fruit d’une réflexion de deux ans, qui a mobilisé une centaine de collaborateurs de l’agence et d’experts externes. Ils sont publiés à un moment crucial pour le débat public, alors que l’objectif de neutralité carbone s’est imposé en France et dans l’Union européenne, mais n’a pas encore été traduit en récits mobilisateurs. C’est l’objectif de ces scénarios, qui prennent en compte les principaux secteurs / postes émetteurs de gaz à effet de serre : bâtiment, transport, agriculture, industrie, énergie et consommation. Ils illustrent à la fois la diversité des trajectoires envisageables, mais aussi l’ampleur des efforts à réaliser, les choix collectifs à faire et les limites des solutions purement technologiques.

Le premier scénario, Génération frugale, décrit la mutation de la société française vers des modes de vie sobres. La consommation dans son ensemble diminue (celles de viande et d’électricité sont divisées par trois, la mobilité est diminuée d’un quart), les produits locaux, durables, recyclés ou recyclables sont privilégiés.

Dans le deuxième scénario, Coopérations territoriales, collectivités, acteurs de la société civile et entreprises s’allient au niveau local pour organiser et accélérer la transition. Les efforts se concentrent notamment sur la rénovation des logements (près de 80 % sont rénovés d’ici 30 ans), la décarbonation du transport et la régionalisation des chaînes de valeur industrielles.

Dans le scénario Technologies vertes, les progrès technologiques et le numérique permettent de répondre aux défis de la transition écologique. Les métropoles en sont les maîtres d’œuvre, l’accent est mis sur l’électrification de la mobilité, sur la reconstruction des logements les plus anciens et sur l’intensification de l’agriculture.

Enfin, dans le scénario Pari réparateur, le choix est fait de ne pas réduire la consommation de ressources naturelles de la société, mais de miser sur les approches et technologies d’optimisation de ces ressources et de réparation de celles dégradées. Le numérique permet de réduire le gaspillage dans les logements, les industries agroalimentaires bénéficient d’investissements massifs pour renforcer leur compétitivité, et le recyclage se développe massivement.

En conclusion, l’ADEME identifie neuf défis transverses à ces scénarios, parmi lesquels la nécessité d’agir vite et de manière coordonnée entre les différents acteurs, mais aussi celle de réduire drastiquement la demande d’énergie, de 23 % à 55 %, et de miser sur les énergies renouvelables (qui représenteraient 70 % du mix énergétique en 2050). En bref, de construire une nouvelle société de sobriété.

----------------
Site Internet : https://transitions2050.ademe.fr/