Actualité du futur

Économie, emploi - Institutions - Société, modes de vie

Premier sommet Finance en commun autour des acteurs financiers et du développement

Par

Le sommet « Finance en commun », qui s’est tenu les 9-12 novembre 2020 dans le cadre du Forum de Paris pour la paix, a réuni pour la première fois l’ensemble des banques publiques de développement (BPD) de la planète. Initié par de grandes associations de BPD telles que l’International Development Finance Club, le sommet a bénéficié du soutien de multiples partenaires dont le système onusien, de nombreux gouvernements, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la Commission européenne, le Fonds monétaire international (FMI), ou encore les grandes conventions internationales sur le climat ou la biodiversité ou le Forum génération égalité.

La crise de la Covid-19 a renforcé l’utilité des BPD et le besoin d’en exploiter tout le potentiel. Au moment où les financements privés se tarissent, parfois drastiquement dans les pays en développement, et où il est indispensable de relancer fortement l’investissement public, les BPD ont un rôle majeur à jouer. Ces institutions, multilatérales, régionales, nationales ou locales, sont plus de 450 à opérer au service de leur gouvernement partout dans le monde. Elles mobilisent chaque année plus de 2 000 milliards de dollars US, soit 10 % de l’ensemble des investissements annuels globaux, publics et privés. Elles disposent d’une autonomie financière et juridique, et peuvent démultiplier les moyens qui leur sont confiés. Assurant un rôle contracyclique, elles ont d’ores et déjà déployé des instruments de relance économique dans le cadre de la crise sanitaire. Avec leurs mandats d’intérêt général, elles représentent aussi les instruments les mieux placés pour concilier des financements de relance post-crise avec des objectifs de plus long terme de protection de la nature et de réduction des inégalités. Elles cherchent également à mobiliser le secteur privé dans le même but.

La déclaration finale du sommet Finance en commun, signée par l’ensembles des BPD de la planète, concrétise un nouveau mode d’action collective pour le financement de mondes d’après la Covid-19 durables et résilients. La déclaration invite les gouvernements, régulateurs et partenaires à unir leurs forces pour adapter en conséquence la gouvernance et les mandats des BPD, leur régulation, leurs modèles économiques, ou encore pour avancer sur la caractérisation de la finance durable.

Le texte souligne également les rôle et responsabilité de ces acteurs financiers du long terme en matière de prospective, de prise en compte de l’incertitude et d’identification de signaux faibles de crises et opportunités futures. Le mouvement Finance en commun est amené à prendre de l’ampleur dans les mois et années à venir pour contribuer à ce que l’ensemble du système financier, dans les pays développés comme en développement, investisse dans l’avenir.