Note de veille

Population - Territoires, réseaux

Les mégapoles en 2100

Par

La mégapole est, tout simplement, une très grande ville. Selon l’Organisation des Nations unies (ONU), qui les appelle aussi les « méga-cités », les mégapoles sont peuplées de plus de 10 millions d’habitants.

Si l’on se projette un demi-millénaire en arrière, aucune ville ne réunissait une telle population. Mieux, aucune ville ne dépassait le million d’habitants. Au milieu du XVIe siècle, Pékin rassemblait quelque 700 000 urbains, Le Caire 300 000, Paris 200 000. Pékin devient millionnaire à la fin du XVIIIe siècle, suivie par Londres au début du XIXe et par Paris aux alentours de 1830. Londres reste longtemps en tête des villes les plus grandes du monde, avec Paris en deuxième position jusqu’aux années 1880. Première ville américaine, New York va prendre le dessus dans les années 1930, atteignant le seuil de 10 millions d’habitants au début de la Deuxième Guerre mondiale. Dans les années 1950, Tokyo gagne la première place, tandis qu’ensuite ce sont des villes du continent américain qui dominent : New York toujours, Mexico, Los Angeles, São Paulo, Buenos Aires, Chicago. S’intercalent alors juste Paris et Londres dans une hiérarchie qui va être bousculée au cours des années 1970 et 1980 par l’affirmation de Calcutta, Bombay (Mumbai) et Séoul. Au début des années 1990, 10 villes dépassent le seuil de 10 millions d’habitants. Au cours de la décennie 2000, l’Asie se renforce avec Delhi, Shanghai, Pékin et Dacca, qui franchissent le plancher de 15 millions d’urbains.

Il ressort de cette dynamique historique, en 2018, une ville qui demeure au plus haut du palmarès mondial, Tokyo, avec près de 40 millions d’habitants. Aucune autre mégapole ne dépasse 30 millions. Delhi, deuxième ville mondiale, est à 28 millions. Ensuite Shanghai à 26, Pékin (qui n’a donc pas retrouvé sa place historique) à 23, Mumbai (dont le nom a remplacé Bombay) à 22, São Paulo et Mexico à 22, Le Caire et Dacca à 20. Première ville occidentale, New York accueille 19 millions de personnes. Précisons qu’il s’agit toujours des aires urbaines et pas des délimitations institutionnelles. De la sorte Paris, dans les comparaisons internationales, tourne autour de 10 millions, bien plus que les 2 millions qui habitent dans les limites du périphérique.

Ces données et ces évolutions commencent à être connues. On les retrouve dans les World Urban Prospects, exercices de compilations rétrospectives et de projections réalisés par la Division de la population des Nations unies. L’ONU ne publie des projections mégapolitaines (baptisons-les ainsi) que jusqu’en 2035. Avec ces données, il apparaît que Tokyo serait détrônée par Delhi vers 2030. C’est une nouvelle configuration globale des mégapoles qui se profile. En 2035, Tokyo serait toujours en deuxième position, mais avec 36 millions seulement d’habitants, contre 43 pour Delhi. Ensuite viendraient Shanghai (34 millions), Dacca (31), Le Caire (29), Mumbai (27), Kinshasa (27), Mexico (25), Pékin (25), São Paulo (24). New York (21) se trouverait encore derrière Lagos (24) et Karachi (23).

Toutes ces projections sont établies en fonction de scénarios classiques portant sur les deux soldes naturel et migratoire, mais aussi en fonction de l’expansion territoriale des espaces urbains. Elles sont, comme toute projection, sujettes à caution. Elles donnent toutefois une idée des tendances à l’œuvre.

Des chercheurs du Global Cities Institute, au sein de l’université de Toronto, vont plus loin. Ils projettent les populations des mégapoles jusqu’en 2100 [1]. Ce n’est plus l’Asie et encore moins le continent américain qui prévalent. C’est l’Afrique. Lagos, avec presque 100 millions d’habitants, serait la première ville mondiale en 2100. Toujours avec le titre de première mégapole occidentale, New York arriverait seulement en 22e position, avec 30 millions d’habitants. Tokyo — ceci étant lié au déclin démographique global du Japon — ne serait plus qu’en 28e position, avec 27 millions de citadins. Très loin derrière, Paris, avec 12 millions d’habitants, figurerait en 67e position et Londres, avec moins de 10 millions, serait 86e.

Le monde des mégapoles est appelé à bien changer. Et l’humanité est, elle, appelée à les habiter davantage. En 2010, 750 millions de personnes au total vivaient dans les 100 plus grandes mégapoles. En 2100, ce pourrait être 2,3 milliards de personnes.

Les 20 plus grandes mégapoles dans le monde (population en millions)
Source : Global Cities Institute.

Read related content

Devenir membre

Cet article est en accès libre jusqu'au 18/10/2019. Devenez membre pour accéder à l'ensemble des productions de l'association.

Membership