Note de veille

Entreprises, travail - Société, modes de vie

La conscience humaine au service des générations futures

Par

Consultante en stratégie de transformation des entreprises, Virginie Rio-Jeanne a récemment proposé, dans la Harvard Business Review France, la mise en place d’un nouvel indicateur destiné à compléter le quotient intellectuel (QI) et le quotient émotionnel (QE) : le quotient du niveau de conscience (QC).

Elle part du principe que, compte tenu des avancées scientifiques (en particulier dans le domaine de l’intelligence artificielle), l’intelligence humaine ne pourra plus rivaliser longtemps avec celle des machines ; et qu’il faut donc que l’homme se distingue par des capacités dont il a (encore) le monopole. Outre les aspects émotionnels, une capacité dont il a le monopole est celle de la conscience, et c’est selon elle ces capacités de conscience — qu’elle appréhende comme l’aptitude des individus à envisager et tenir compte des conséquences de leurs actes — qu’il faut s’attacher à renforcer aujourd’hui, de sorte que les impacts à long terme des décisions qu’ils prennent soient correctement perçus.

Concrètement, le QC viserait à mesurer la capacité de chacun à prendre des décisions en intégrant les impacts de celles-ci sur les générations futures. Plus le niveau de conscience des individus sera élevé, plus la complémentarité entre humains et intelligence artificielle sera forte, et plus la survie individuelle et collective sera garantie sur le long terme. Le QC constitue, selon Virginie Rio-Jeanne, un moyen à la fois d’orienter, de surveiller et de corriger les algorithmes qui envahissent notre quotidien pour qu’ils collent aux besoins humains en tenant compte des enjeux d’avenir.

Appliqué à l’organisation des entreprises, le QC consisterait à intégrer, dans les algorithmes et la stratégie de l’entreprise, les impacts écologiques, sociaux, humains et financiers des décisions sur les générations futures. L’évaluation du QC passerait aussi par « une analyse approfondie de la raison d’être de l’entreprise. Pour obtenir un score positif sur ce critère, l’entreprise devra se focaliser sur sa raison d’être avant le profit. »

Au vu des propositions formulées par Virginie Rio-Jeanne, la mise en place d’un QC constituerait une étape supplémentaire dans l’évaluation de la RSE (responsabilité sociale des entreprises). Elle suggère évidemment, pour une efficacité optimale qu’une grille d’évaluation du QC soit mise au point, si possible à l’échelle internationale, s’appuyant par exemple sur le taux d’émission de gaz à effet de serre, les politiques de réduction de ces émissions, les mesures de recyclage / réemploi des produits ; sur l’empreinte sociale de l’entreprise (travail des enfants, destruction de sites, dumping social…) ; le respect de l’humain (burn-out dans l’entreprise, accidents du travail, impact des biens et services vendus sur les consommateurs…) ; l’honnêteté fiscale, le degré de corruption… ; et dans tous les domaines, évaluation de la façon dont sont développés et utilisés les algorithmes dans l’entreprise.

Une fois cette grille établie, les grandes organisations fournissent un bilan QC (réalisé par des structures indépendantes, sur la base de questionnaires standardisés) permettant d’évaluer leur QC et de formuler, si nécessaire, des recommandations (que l’on peut imaginer contraignantes si cet indicateur est repris dans un cadre normatif) pour limiter leur impact écologique, sociétal, humain et financier.

Autant de préconisations qui rejoignent, d’une certaine manière, les appels récurrents (et bien antérieurs à la diffusion à grande échelle de l’intelligence artificielle) d’André-Yves Portnoff, un collaborateur apprécié de Futuribles, en faveur de la prise en compte, par les entreprises, des actifs immatériels — pour laquelle il a mis au point une méthode d’évaluation : la méthode V3 (Vision, valeurs, volonté) [1].

----------------------------------
Source :
Rio-Jeanne Virginie, « Le QI est mort, vive le QC ! », Harvard Business Review France, 15 juillet 2019. URL : https://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2019/07/26996-le-qi-est-mort-vive-le-qc/. Consulté le 6 septembre 2019.

Read related content

Devenir membre

Cet article est en accès libre jusqu'au 21/10/2019. Devenez membre pour accéder à l'ensemble des productions de l'association.

Membership