Actualité du futur

Économie, emploi - Entreprises, travail - Santé

Covid-19 : McKinsey propose des plans d’action pour les entreprises

Par

Dans un document relativement bref et facilement appropriable paru le 16 mars 2020 (et mis à jour le 25 mars 2020), McKinsey envisage deux scénarios épidémiologiques concernant la crise actuelle et ses impacts économiques. Les auteurs proposent ensuite un modèle de gestion de crise pour les entreprises.

Deux scénarios aux conséquences plus ou moins dramatiques pour l’économie

Dans le premier scénario décrit par McKinsey, l’économie repart en Chine et en Asie de l’Est suite à la sortie progressive du confinement. En Europe et en Amérique du Nord, le pic de l’épidémie est atteint entre la mi-avril et la fin avril. Le nombre de contaminations diminue progressivement entre fin avril et fin juin. L’économie (dans les pays occidentaux), bien que sérieusement touchée par l’arrêt partiel ou total des chaînes de production, repart progressivement grâce à la généralisation des tests qui permettent d’isoler plus facilement les cas et de réduire considérablement les contaminations. Le virus réapparaît à l’automne 2020, mais les pays (d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Asie de l’Est) sont désormais suffisamment préparés, et font face à la crise de façon beaucoup plus coordonnée et efficace. En revanche, la situation est inégalement gérée à l’échelle mondiale, et l’Iran, l’Asie du Sud, l’Amérique latine et l’Afrique sont fortement touchés sans disposer réellement de plan de sortie de crise.

Les impacts économiques de ce scénario sont importants : les chaînes de production asiatiques peinent à retrouver leur fonctionnement et leur marché d’avant-crise, et l’économie occidentale est affaiblie suite à la hausse du chômage liée aux faillites d’entreprises et aux licenciements.

Dans le second scénario, les pays asiatiques sortent du confinement et sont immédiatement frappés de plein fouet par une deuxième vague d’épidémie. Les pays occidentaux, quant à eux, poursuivent le confinement de la population jusqu’au début du mois de juin pour éviter cette deuxième vague. Cependant, le virus mute et réapparaît à l’automne. Cette nouvelle mutation replonge les pays dans une situation semblable à celle que nous vivons aujourd’hui.

Les conséquences économiques de ce deuxième scénario sont désastreuses. L’Europe et les États-Unis plongent dans une crise économique et financière sans précédent. L’économie mondiale ne présente des signes de reprise qu’à partir du deuxième trimestre 2021.

Mettre en place des plans d’action pour sortir de la crise et être capable de les appliquer

L’épidémie de Covid-19 a révélé la nécessité pour les entreprises de disposer de centres de gestion de crise. Ces centres doivent être mobilisés lorsqu’une crise survient et nécessite une intervention immédiate, concernant une situation qui n’avait pas été prévue et dont les évolutions sont plus rapides que les réponses apportées par l’entreprise.

Ces centres de gestion de crise doivent :

  •  être capables de conduire une veille multisource fiable sur l’évolution de la crise ;
  •  proposer différents scénarios d’évolution de crise et un éventail d’actions à mener en fonction du scénario dans lequel l’entreprise est plongée ;
  •  mettre en place des actions stratégiques en cohérence avec les valeurs de l’entreprise ;
  •  assurer une mise en place rapide et efficace de ces actions en étant capable de les réajuster en temps réel, en fonction des évolutions de la situation.

Gestion de crise : quelques outils indispensables

Enfin, McKinsey propose quelques outils applicables clefs en main dans les entreprises : un organigramme de gestion de crise, une checklist qui pointe les différents aspects à prendre en compte pendant et après la crise en termes de management, de communication, de gestion du personnel, de création de normes sanitaires et de pistes de collaboration avec les autorités gouvernementales, et un tableau de bord des principaux indicateurs à suivre et de leurs impacts sur les chaînes de production.