Revue

Revue

Changement climatique : imposture ? À propos de l'ouvrage de Michael Crichton, "État d'urgence"

Cet article fait partie de la revue Futuribles n° 321, juil.-août 2006

 » Le réchauffement de la planète est-il un mythe ?  » Ainsi commence la quatrième page de couverture de la traduction française du livre de Michael Crichton, « State of Fear », que vient de publier Robert Laffont. Ce n’est pas la première fois que le changement climatique fait l’objet de controverses – Futuribles y a déjà fait écho à plusieurs reprises. Là où cela devient plus inquiétant, nous dit André Lebeau dans ce commentaire, c’est quand l’auteur qui entreprend de remettre en cause le phénomène est un coutumier des best-sellers, bénéficiant donc d’une audience très large auprès d’un public qui n’a pas forcément les connaissances scientifiques requises pour trier le bon grain de l’ivraie.
Or, de bon grain dans cet ouvrage, il n’y en a guère, nous montre André Lebeau. Les démonstrations pseudo-scientifiques du  » chevalier blanc  » de l’ouvrage en lutte contre des écologistes extrémistes, sont d’une grande médiocrité. Relevant quelques-unes des nombreuses inexactitudes qui jalonnent le récit, André Lebeau met en garde les lecteurs potentiels d’un ouvrage qu’il ne faudrait lire que comme une fiction pure (et encore…).

#Climat

Inscrivez-vous à la newsletter

Tous les mois, recevez une sélection de nos dernières publications, des prochaines formations et des événements à venir. Et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles.

 

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de Futuribles et ponctuellement des informations sur les activités de Futuribles. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

 

Futuribles International est un centre de réflexion sur l’avenir.
Ses travaux visent à comprendre les grandes transformations en cours. Ils intègrent la dimension du temps long en insistant sur les marges de manœuvre des acteurs et les stratégies possibles.